Deux recueils de Bluet d’Arbère sont en ligne sur Gallica

Le site de la Bibliothèque Nationale de France http://gallica.bnf.fr (site gratuit et ouvert à tous) a mis en ligne deux recueils de Bernard Bluet, dit Bluet D’Arbères ou D’Arberoz, soi-disant Comte de Permission et Chevalier des Ligues des Treize Cantons, né à Divonne (Arbère) en 1566, mort à Paris en 1606, un extraordinaire personnage qui a sa plaque au carrefour de la rue de la Côte d’Arbère et de la rue du Conte des Permissions.

Cherchez l’erreur!

 

 

 

 

 

 

Tome 1 – Livrets imprimés de 1600 à 1604 – Sur Gallica >>>
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1510334g

« L’INTITULATION & recueil de toutes les œuvres que Bernard de Bluet D’Arbères, Comte de permission, Chevalier des Ligues des treize Cantons de Suisse,& ledit Comte de permission vous avertit qu’il ne sait ni lire ni écrire et ne l’a jamais appris : mais par l’inspiration de Dieu & conduite des Anges, & pour la bonté & miséricorde de Dieu. Et le tout sera dédié à haut & puissant HENRY DE BOURBON Roy de France & de Navarre, grand Empereur Théodose, premier fils de l’Eglise, Monarque des Gaules le premier du monde, par la grâce, bonté & miséricorde de Dieu. »

 

Tome 2 – Livrets imprimés de juin à août 1604 – Sur Gallica >>>

Le premier livret de ce recueil est le 104ème de Bluet.
Il est « dédié à Monsieur Anthoine Comte de Piorrace & de Pioubes, Ambassadeur de son altesse Duc de Savoye Roy de David lequel ledit Ambassadeur sera appelé la Rosée de Juin par l’épithète que je lui ai donné parce que Piorrace, c’est à dire Rosée: parce que la Rosée fait croitre les biens & fruits de la terre dont ledit Ambassadeur la belle Rosée advancera toujours par sa diligence le service de son maître, & le comte de Permission vous avertit qu’il ne sait lire ni écrire, et n’est que part l’inspiration de Dieu le tout puissant…. » etc.

 

De quel comté Bluet était-il le comte ?
D’aucun. Bluet était fils de paysan, « de basse qualité, issu de pauvre maison et de pauvres gens de mépris. »

Que signifie Terre de Permission ?
Ce serait la déformation de Terre de promission qui signifiait Terre Promise, comme on le lit dans L’Introduction à la Vie dévote de François de Sales. Bluet s’imaginait une terre d’espérance dans un monde de promesses… Il est permis de rêver !

Bluet était-il Chevalier ?
Non ! Quand Bluet a débarqué à la cour d’Henri IV, lui qui était sorti d’un bas lieu et de race mécanique, (il venait de travailler comme charron dans l’artillerie puis comme bouffon) comment devait-il se présenter aux princes pour pouvoir dialoguer avec eux ? Il lui a fallu s’inventer des lettres de noblesse.

Que signifie Treize Cantons?
La Suisse comptait treize cantons depuis 1513. C’était la Confédération des Treize Cantons. Quand Bluet est arrivé à Paris en 1599, le pays de Gex avait été annexé 9 ans auparavant par la République de Genève. Vu la pression exercée par Berne, le pays de Gex était presque un canton suisse… (?!)

Se dire Chevalier des Treize Cantons
était pour Bluet une manière de s’affirmer différent, un brin exotique, d’attirer l’attention. Venir d’un pays étranger, plus moral (Genève était calviniste) l’autorisait à morigéner les princes qu’il rencontrait à Paris et qu’il considérait comme dévoyés…

Les surnoms
Empereur Théodose = Henri IV, roi de France.
Roi David = Charles-Emmanuel, duc de Savoie
Goliath = Lesdiguières, chef militaire qui combattit le duc de Savoie

 

 

Cet article a été publié dans Bluet d'Arbère (1566-1606). Ajoutez ce permalien à vos favoris.