Goûter à la ferme

La Société des Bains de Divonne agrandissait progressivement son domaine en achetant parcelle après parcelle. En 1909, elle acheta la ferme du château qui, dès lors, devint un but de promenade pour les baigneurs et leur famille. Les enfants allaient à la ferme avec leur gouvernante boire des verres de lait ou jouer avec l’âne Bijou.
Ferme du Château avant 1909Reconnaissez-vous ce bâtiment? Il présente plusieurs caractéristiques de la ferme gessienne. C’est une « maison-bloc » qui abrite dans un même bâtiment l’habitation, la grange, l’étable et l’écurie. La porte de la grange, reconnaissable à son arcade en « anse de panier » est suffisamment haute et large pour qu’on puisse y faire passer un char de foin.
Ferme de l'établissement - goûterLe pot à lait que tient la jeune femme a probablement été fabriqué dans une poterie de Ferney. La poterie, très pratiquée dans le Bassin Lémanique, du fait de l’abondance d’argile de bonne qualité, était une spécialité ferneysienne au XIXème siècle. Les Gessiens avaient dans leur buffet des pots de cette forme, décorés de petits ronds bruns, dans le style de la poterie savoyarde. Les pots étaient de couleur ocre-jaune, si bien qu’on appelait les potiers des « pieds jaunes ». Après le premier séchage, on pratiquait l’engobage des pièces, afin de leur donner leur teinte de fond en les trempant dans l’engobe, obtenue par un broyage très fin de terre de Bresse avec de l’eau. L’engobe naturelle virait au jaune sous l’effet de la glaçure. La teinte ne se limitait pas au seul jaune. On ajoutait d’autres constituants. Pour dessiner les ronds, ou gros points bruns ou oranges, en ligne ou en quinconce, on utilisait des petites burettes, les barolets, et un colorant, la barbotine. (On trouve ces informations et bien d’autres dans Ferney-Voltaire, pages d’histoire livre édité par le Cercle d’études ferneysiennes en 1984). Mais revenons à notre ferme. Où est Bijou?
Parc - BijouBijou était si mignon! Les enfants l’adoraient. Envoyaient-ils une carte postale à leur grand-mère à Paris? C’était une photo de Bijou! Ainsi Bijou était-il connu jusqu’à Paris!
Parc - promenadeSur cette photo, on remarque une autre particularité de la ferme traditionnelle gessienne : l’avant-toit protégeant l’entrée de la ferme des intempéries. L’entrée était toujours orientée vers le sud. L’avant-toit était porté par des « Quatre de chiffre », comme disent les charpentiers, c’est-à-dire des triangles de bois en forme de 4. Faut-il préciser que ces belles grosses fermes étaient construites en calcaire extrait des carrières locales comme les carrières si actives de Vesancy?

Voici maintenant la même ferme, côté nord. Ô surprise! La petite construction sur laquelle les touristes montaient pour regarder à la longue vue le Mont Blanc, le belvédère, c’est….
La ferme et le belvédèreOui! C’est maintenant le Club House du golf du Domaine de Divonne! La ferme où les enfants venaient caresser l’âne Bijou, est maintenant un restaurant : Le Pavillon du Golf!

 » La Ferme, au centre des vergers et de grasses prairies, sur une éminence, d’où le regard embrasse tout le bassin du lac Léman, le Mont-Blanc, la chaîne des Alpes et le Jura. C’est un superbe point de vue dont on ne se lasse jamais. Un puissant télescope et une table d’orientation sont installés sur la terrasse d’une coquette salle de repos. La Ferme fournit d’excellents produits : lait (de vache, chèvre, ânesse ou brebis), légumes, oeufs et fruits nécessaires à l’Etablissement. Le bétail de la Ferme, choisi parmi le plus sain du pays, bien soigné dans des écuries modèles, fait l’admiration de tous les connaisseurs. De jolis petits ânes, sages et dociles, font la joie des promenades enfantines et des excursionnistes.
Rien n’a été négligé pour faire de cette propriété un séjour de repos et de délassement en pleine campagne dans un site admirable, d’où jaillit brusquement du rocher dans un bassin entouré de verdure, la Divonne  qui fuit en cascades bouillonnantes à travers le Parc, en y répandant une délicieuse fraîcheur. « 
(Docteur L. Porcheron –  Les stations climatiques françaises – Editions Maloine 1911)

C’est un plaisir de s’attarder sur la terrasse du Pavillon de Golf pour profiter du magnifique panorama sur la chaîne des Alpes avec la Résidence du Parc qui apparait entre les arbres et la chaîne des Alpes. (Photo Domaine de Divonne)
Pavillon du Golf  VueLa résidence du Parc qui émerge des frondaisons a été construite en 1908 (c’était le Grand hôtel, dit « Hôtel Chicago »). Cette photo prise au 21ème siècle montre le même panorama que celui que l’on voyait du belvédère au début du 20ème siècle, avec, peut-être, un peu plus de brume recouvrant le bassin lémanique…

Cet article a été publié dans Pages volantes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.